Sondages et certitudes des intentions de vote

Présidentielle en France. Sondages : il faut être attentif aux certitudes des choix des électeurs autant qu’au résultat

Rédacteur : Jean-Pierre Audy – le 28 février 2017 – 8h
modifié le 1 er mars 9h45

Les récents sondages montrent que, suite au ralliement de François Bayrou à Emmanuel Macron (24,5%), ce dernier progresse vers le score de Marine Le Pen (26%) qui reste stable ; le candidat de la Droite et du Centre, François Fillon chutant de manière significative (21 ou 20 %).

Naturellement, ces résultats ne sont qu’une photographie d’intentions de vote à un instant.

Mais ce qui mérite d’être soulignée dans la situation présente, c’est la certitude des intentions de vote et son évolution ; c’est-à-dire la cristallisation du socle dur de l’électorat des différents candidats susceptibles de concourir au second tour de l’élection présidentielle.

Emmanuel Macron, certes augmente en résultat final puisqu’il gagne 1 point à 24,5 % mais, dans le même temps, les personnes interrogées qui sont certaines de leur choix en sa faveur passent de 48 % (vendredi dernier) à 45 % (sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNEWS et Sud Radio publié lundi 27 février). Ce résultat pourrait vouloir dire qu’une partie importante de l’électorat de François Bayrou (5 % ?) a suivi le mouvement sans enthousiasme et, en tout cas, sans certitude de son vote final.

Dans le même sondage, la certitude des personnes déclarant leur intention de vote pour François Fillon passe de 65 à 69 % tandis que celle de Marine LE Pen baisse de 79 % à 75 %.

Les autres candidats significatifs, le socialiste Benoît Hamon est en légère hausse des intentions de vote (13,5%, +0,5), de même que le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon (11,5%, +0,5%) et, en l’absence d’accord politique, ne semblent pas être en position d’accéder au second tour de l’élection.

Conclusion

François Fillon est le candidat dont l’électorat se cristallise se plus en plus tandis que les électorats d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen semblent moins certains de leur choix.

Un des enjeux de François Fillon, depuis le ralliement de François Bayrou à un candidat de la Gauche ainsi d’ailleurs qu’il l’avait fait en 2012 en faveur de François Hollande, est d’apparaître comme le seul candidat du Centre droit en complément d’être celui de la Droite.

Dans tous les cas, son électorat de la Droite et du Centre semble être celui qui est le plus sûr, le plus solide et qui se cristallise actuellement.

170228 – JP Audy – sondage et certitudes de voter

A propos de l'auteur

Jean-Pierre Audy

membre de l'Assemblée politique du Parti populaire européen (PPE) Ancien député européen UMP, membre du groupe du Parti populaire européen (PPE) ancien président de la délégation française au Groupe PPE Conseiller général de la Corrèze (canton de Meymac)